Facebook

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Espaces naturels sensibles

Carte ENS

Le Pays Mornantais a la particularité de posséder de nombreux espaces naturels de grande qualité, reconnus au niveau national et départemental.

Des contraintes et des menaces existent, pouvant mettre en péril la pérennité de ces espaces ou en altérer la qualité : l'urbanisation (notamment les projets de grandes infrastructures autoroutières), la déprise agricole ou, à l'opposé, une intensification à outrance, la fréquentation anarchique des espaces, les conflits d'usage.

La Copamo grâce au soutien du Conseil départemental du Rhône dans le cadre de sa politique sur les ENS (Espaces naturels sensibles) intervient depuis 1995 dans la mise en place d'actions de gestion et de protection des espaces naturels remarquables (études, suivis, gestion, sensibilisation, éducation à l'environnement, organisation de la fréquentation, signalétique adaptée).

 

 

Présentation

Devenez acteur de la préservation des espaces naturels sensibles du territoire

La Copamo a confié la gestion des milieux naturels des ENS du plateau mornantais et de la vallée du Bozançon au Conservatoire des espaces naturels Rhône Alpes. Votre terrain s'il se situe dans le périmètre défini par le Département du Rhône abrite peut-être des milieux naturels intéressants. Le CENRA peut vous conseiller et vous accompagner pour mettre en place les meilleures solutions d'entretien de vos pelouses ou landes sèches riches en flore et faune remarquables !

Plus de renseignements au CENRA 04 72 31 84 50 ou www.cen-rhonealpes.fr

 

Suivi participatif des abeilles de Rhône-Alpes

Forte de l’expérience acquise lors du programme européen LIFE+ URBANBEES, l’association ARTHROPOLOGIA lance avec le soutien de la région Rhône-Alpes, de la Métropole de Lyon, la Compagnie Nationale du Rhône et la LPO, le Suivi Participatif des Abeilles de Rhône-Alpes. Le déclin des abeilles est un fait très médiatisé, en particulier en ce qui concerne l’abeille mellifère (ou abeille de ruches). Cette espèce ne constitue pourtant qu’une seule espèce parmi les 2 000 espèces présentes en Europe.
Préserver et favoriser la diversité et l’abondance des abeilles sauvages est une nécessité pour assurer le service de pollinisation, préalable incontournable à la reproduction sexuée de 70 % des plantes à fleurs sauvages.
Particulièrement sensibilisée au sujet, la Copamo vous encourage à participer au suivi des abeilles de Rhône-Alpes.
Le Suivi Participatif des Abeilles de Rhône Alpes a pour objectif de proposer au grand public comme aux professionnels (agriculteurs et espaces verts) d’observer 20 groupes ou espèces d’abeilles sauvages sur la région Rhône Alpes.
Grâce aux outils d’identification mis en place (livret et site internet), chacun pourra identifier et transmettre ses données en se connectant au site d’ARTHROPOLOGIA en lien avec le site VisioNature de la LPO.

Plus d'informations sur : http://www.arthropologia.org/spip.php?page=article&id_article=58

 

 

Un réseau d'espaces naturels et agricoles très développé

3 composantes principales se distinguent

  • Les zones « noyaux » abritent les éléments remarquables du patrimoine naturel : Zones Naturelles d’Intérêt Ecologique Faunistique et Floristique (ZNIEFF), Espaces Naturels Sensibles (ENS) ou encore, espaces classés arrêté préfectoral de protection de biotope comme les Landes de Montagny. Voir carte.
  • Les « corridors biologiques » (boisement linéaire, cours d'eau) constituent des axes très importants notamment pour le déplacement de la faune, et pour les échanges biologiques.
  • Les espaces complémentaires servent de liens et de tampons entre les zones noyaux et les espaces urbanisés et jouent un rôle de filtre et de régulation entre les milieux naturels.

Un rôle important pour le territoire

  • biologique : lieu de vie de la faune et la flore,
  • patrimonial : accueille des espèces rares, présence de vestiges comme les aqueducs...,
  • économique : agriculture, tourisme,
  • social : cadre de vie et loisirs récréatifs,
  • paysager : cadre de vie,
  • spatial : coupure verte, aménagement équilibré du territoire.

Des espaces qui restent fragiles

Des contraintes et des menaces existent, pouvant mettre en péril la pérennité de ces espaces ou en altérer la qualité : l’urbanisation (notamment les projets de grandes infrastructures autoroutières), la déprise agricole ou à l’opposé, une intensification à outrance, la fréquentation anarchique des espaces, les conflits d’usage

Vous aussi, vous pouvez préserver ces espaces

  • en restant sur les chemins publics,
  • en tenant votre chien en laisse,
  • en conservant vos détritus ou en les déposant dans des poubelles,
  • en respectant les activités agricoles,
  • en participant aux journées de nettoyage de printemps dans votre commune.
  • en signalant sur le site http://sentinelle-environnement.fr/ toute atteinte à l'environnement sur les milieux naturels.

 

 

Le Bois du Bouchat

Caractéristiques :

Ce bois est traversé par un ruisseau (le Furon), à l’origine d’une topographie légèrement mouvementée qui permet d’offrir une vue panoramique de premier ordre sur le pays Mornantais et la région lyonnaise (site de la chapelle Saint-Vincent).

Milieux naturels et enjeux :

Les milieux sont diversifiés (chênaie, murets et zones rocheuses, prairies bocagères, cultures et vergers, cours d’eau, mare).
Le site hébergeant les espèces « classiques » des oiseaux des milieux forestiers, l’enjeu faunistique ( de la faune ) est surtout lié aux oiseaux des milieux ouverts en périphérie du bois (Busard Saint-Martin, Pie-grièche écorcheur...).

Espèces végétales remarquables :

Luzule blanc de neige, Campanule à feuilles de pâquerette, Andryale sinueux.

Espèces animales remarquables :

  • Oiseaux : Pie-grièche écorcheur, Chouette chevêche, Alouette lulu, Tarier pâtre, Busard Saint-Martin, Faucon crécerelle, Perdrix rouge,
  • Insectes : Lucane cerf-volant, nombreuses libellules et demoiselles.

Communes concernées :

Saint-Laurent-d'Agny, Chaussan et Soucieu-en-Jarrest

 

 

Le bois de Montrond et de la Cure

Caractéristiques :

Ce site est traversé par les ruisseaux du Mornantet et du Broulon qui entaillent profondément son relief « bombé ».
Il présente des caractéristiques assez proches des combes de Balmondon et d’Allier :

  • prédominance des boisements ;
  • présence de vallées (ruisseaux du Mornantet et du Broulon) mais relief moins accentué ;
  • roches siliceuses ;
  • la présence d'espèces végétales associées aux milieux secs et ensoleillés.

Milieux naturels et enjeux :

Les différences sont surtout liées à la nature des groupements végétaux et des espèces remarquables.
En particulier, le Bois de Montrond abrite, par endroits, de vastes surfaces de landes à Callune fausse-bruyère qui confèrent au site un intérêt paysager et écologique.

Espèces végétales remarquables :

Luzule blanc de neige, Campanule à feuilles de pêcher, Silène à bouquet, Canche précoce, Andryale sinueux, Genêt pileux, Nombril de Vénus...

Espèces animales remarquables :

  • Oiseaux : Rouge-queue à front blanc, Circaète Jean-le-Blanc, Engoulevent d’Europe, Pie-grièche écorcheur,
  • Amphibiens : Grenouille agile,
  • Insectes : Agrion vierge.

Communes concernées :

Chassagny, Givors et Montagny

 

 

La combe de Balmondon

Caractéristiques :

L’échancrure, que forment les ruisseaux de Godivert, de Barny et de l’Allier dans le plateau du Lyonnais avant de rejoindre le Gier, est soulignée dans le paysage par un couvert boisé, des landes et quelques anciens vergers en terrasse, s’intercalant entre les boisements et les prairies encore présentes en fond et sur quelques coteaux à pente assez accentués.

Ce site est caractérisé par :

  • la prédominance des boisements (chênes) ;
  • un relief accidenté (ruisseaux du Godivert, de Barny ) ;
  • la nature siliceuse de la roche ;
  • la présence d’éléments du patrimoine bâti (murets, château…) ;
  • la présence d’espèces végétales associées aux milieux secs et ensoleillés.

Milieux naturels et enjeux :

La diversité des milieux et l’alternance de vallées encaissées et de prairies en pentes confèrent, ainsi, un intérêt d’ordre paysager non négligeable à cette combe.
On y dénombre des espèces remarquables, tant végétales qu’animales. L’enjeu au niveau de la faune y est plus important avec la présence, notamment, du Hibou Grand Duc et de l’Engoulevent, deux oiseaux protégés au niveau européen par la Directive « Oiseaux »

Espèces végétales remarquables :

Chrysanthème en corymbe, Séneçon de Fuchs, Scille d’automne, Nombril de Vénus, Grand Orpin, Anarrhine à feuilles de pâquerette, Bleuet, Miroir de Vénus...

Espèces animales remarquables :

  • Oiseaux : Pouillot de Bonelli, Rouge-queue à front blanc, Engoulevent d’Europe, Grand-Duc d’Europe, Pie-grièche écorcheur, Bergeronnette des ruisseaux, 
  • Amphibiens : Alyte,
  • Insectes : Machaon, Lucane cerf-volant...

Communes concernées :

La combe de Balmondon : St Andéol le Château, Givors, Saint Romain en Gier.

 

 

Plateau Mornantais

Le peuple des mares

plateau mornantais

Un suivi des amphibiens a été réalisé en 2017 par la LPO sur les landes de Montagny à la demande du CENRA dans le cadre du plan de gestion de l’espace naturel sensible du plateau mornantais.
45 mares ont été prospectées. 8 espèces ont été recensées mais plus de la moitié des mares ne présentaient qu’une espèce, la grenouille verte

Le triton crêté espèce menacée et bénéficiant d’un statut de protection européen n’a été trouvé que dans 6 mares. Il faut dire qu’il est très exigeant, il préfère des mares assez grandes, à pente douce avec une végétation aquatique conséquente.

D’autres tritons, le triton alpestre et le triton palmé, le crapaud commun et le crapaud calamite ont été vus ou entendus à de rares occasions. Enfin la grenouille agile est plus fréquente.
Toutes ces espèces sont protégées en France. Les landes de Montagny présente une richesse certaine mais avec des populations fragiles par manque d’habitats favorables ou perturbation de leur habitat (curage inadapté, introduction de poissons…).
Téléchargez le guide technique sur les mares prairiales : https://www.cen-rhonealpes.fr/wp-content/uploads/2010/06/CTmares.pdf

Révision du plan de gestion du plateau mornantais, une large concertation !

 

Que s'est-il passé lors des ateliers 

Un premier atelier en octobre 2014 avait permis à la trentaine de participants (agriculteurs, élus, naturalistes, randonneurs,...) de faire ressortir les grands enjeux de l'espace naturel sensible : des enjeux dans le domaine du patrimoine naturel (milieux et espèces animales et végétales), mais également dans les usages du site (randonnée, agriculture...) et enfin dans le patrimoine culturel du site (paysage, patrimoine bâti,...).

atelier

Un deuxième atelier en novembre 2014 a vu une vingtaine d'acteurs du territoire plancher selon la méthode du world café (3 groupes tournent sur 3 ateliers de discussion). Quel espace naturel sensible dans 10 ans? Que veulent les acteurs du plateau mornantais autour des enjeux repérés lors du premier atelier ? Autant de questionnements qui ont suscité beaucoup d'échanges dans chaque groupe.

Le troisième atelier a eu lieu le 26 mars 2015. Il s'agissait de proposer des actions répondant à trois questions : résoudre les problèmes , Concilier les usages et Sensibiliser/valoriser pour chacune des thématiques: histoires d'hommes, patrimoine naturel et paysage et patrimoine bâti.

Le quatrième atelier le 19 mai 2015 a permis de voir un exemple concret de gestion d'un site naturel avec la visite comentée par le CENRA du marais de Morlin et sa flore exceptionnelle.
Enfin, le 16 juillet 2015, une réunion de travail avec les partenaires techniques a permis d'affiner les enjeux de l'espace naturel et les mesures à envisager en faveur de la biodiversité et des habitats naturels.
Le dernier atelier a eu lieu le 14 avril 2016. après plusieurs mois de rédaction, validation, chiffrage, le plan de gestion 2016-2021 de l'espace naturel sensible du plateau mornantais était présenté.

Plan de gestion du plateau mornantais (2.07 Mo)

 

 

Découvrez la richesse naturelle du plateau mornantais

plateau mornantais

Le plateau mornantais se compose de milieux naturels peu répandus dans le département : landes sèches, prairies humides et terres cultivées ponctuées d’étangs. Ce site a la particularité d’accueillir des zones sèches et des zones humides de manière juxtaposée. Les espèces présentes sont remarquables : courlis cendré, oedicnème criard, busard cendré, vanneau huppé : oiseaux prairiaux qui viennent nicher sur le plateau ; orchis à fleurs lâches : orchidée qui se développe dans les prairies humides ; triton crêté : amphibien d’intérêt européen présent dans les mares.

Ce patrimoine participe à l’identité du plateau forgée au fil du temps par l’occupation humaine et notamment l’activité agricole.

Ce territoire localisé en périphérie de l’agglomération lyonnaise, subit des évolutions qui se traduisent par une déprise agricole sur les terrains les moins productifs, un développement de la fréquentation par un public citadin en demande d’espaces de nature, et une urbanisation progressive des paysages.

L'espace naturel sensible du plateau mornantais accueille trois sites :

  • le bocage de Berthoud - 258 ha
  • les landes de Montagny - 431 ha
  • les prairies et landes du secteur de la Pyramide - 299 ha

plateau mornantais2Ils s’étendent sur les communes de Saint-Laurent-d’Agny, Taluyers, Montagny, Chassagny et Saint-Andéol-le-Château.

Ces sites se caractérisent par la dominance des cultures, prairies naturelles et des landes, offrant ainsi une grande diversité de paysages. La topographie est également variable avec des zones de buttes et de fonds à l'origine d'un gradient d'humidité propice à la diversité des espèces et des milieux.

Les roches sont de nature siliceuse et certaines espèces sont soumises à une influence méridionale.

Ces sites se distinguent des autres ENS par leur richesse en espèces protegées et en habitats naturels d'intérêt européen (milieux humides). Les enjeux écologiques sont donc forts. De nombreuses espèces végétales remarquables ont ainsi été recensées sur les milieux prairiaux et humides (marais de Morlin, mares et plans d'eau) et, dans une moindre mesure, sur les secteurs des landes à Callune et à genêt à balais. Il en est de même pour les espèces animales (oiseaux, insectes, amphibiens) dont la diversité est liée à celle des milieux (prairies, cultures, landes, marais...).

Chaque année un plan d’actions est établi en cohérence avec les objectifs

Préservation du patrimoine naturel et paysager

  • Préserver et restaurer une mosaïque de landes :
    • maintenir des milieux de landes à différents stades d’évolution,
    • favoriser la reproduction des oiseaux associés aux milieux de landes.
  • Promouvoir des pratiques agricoles favorables à la biodiversité :
    • maintenir et restaurer les prairies humides avec leur cortège floristique de plantes rares,
    • restaurer un maillage de haies et de bosquets,
    • préserver les espèces d’oiseaux rares et menacées qui utilisent les prairies et les labours pour leur reproduction.
  • Gérer et maintenir le réseau de zones humides : mares, étangs, marais :
    • réhabiliter un réseau de mares favorable à la reproduction des amphibiens,
    • maintenir dans un bon état de conservation les espèces présentes sur le marais de Morlin : papillons et cortège de plantes rares.

 

Organisation de l’accueil du public et sensibilisation

organisation

  • Organiser l’accueil du public afin de réguler la fréquentation des sites naturels sensibles :
    • canaliser la fréquentation du public sur les sentiers balisés.
  • Sensibiliser les publics et acteurs du territoire aux richesses patrimoniales du plateau de Montagny :
    • faire connaître au grand public et aux résidents le patrimoine du plateau de Montagny et la fragilité des milieux naturels,
    • favoriser l’implication des acteurs du territoire : profession agricole, associations de chasse…, dans la conduite des actions de restauration du patrimoine naturel et de sensibilisation du public.

 

Les actions mises en place dans le cadre d'un plan de gestion :

  • Mise en oeuvre de mesures agri-environnementales.
  • Mise en œuvre d'équipements d'interprétation.
  • Restauration du marais de Morlin.
  • Opérations de réouverture de friches et de landes.
  • Sensibilisation des scolaires.
  • Mise en place de sentiers de découverte.

 

Visitez le territoire remarquable de la Vallée en Barret

barret

Situé sur les communes de Brignais, Chaponost, Soucieu-en-Jarrest, Brindas et Messimy, il s’étend sur 720 hectares Cet Espace Naturel Sensible est traversé par trois cours d'eau (le Garon, le Furon et la Chalandrèze). Il est composé de boisements, de prairies, de terres agricoles, de vergers et de broussailles, lui conférant une mosaîque paysagère remarquable. Cet espace est également l'hôte de vestiges remarquables de l'aqueduc romain du Gier, qui ont un fort intérêt archéologique.

L'ENS est cogéré par la CCVG, la COPAMO et le Département. Le plan de gestion a été révisé par le Département en 2013.

 

Milieux naturels et enjeux

Les habitats naturels (boisements, zones rocheuses, landes, prairies naturelles, cultures et vergers, cours d'eau) abritent des espèces végétales et animales remarquables. Les enjeux sont surtout liés aux milieux thermophiles, caractérisés par la présence d'espèces végétales associées aux milieux secs et ensoleillés (exemples : landes, chênaies).

Espèces végétales remarquables :

Centaurée de Lyon, fétuque bleutée, buplèvre jonciforme, jasione pérenne, gaudinie fragile, renoncule de Montpellier, nielle des blés, callitriche à crochet.

Espèces animales remarquables :

Oiseaux : engoulevent d'Europe, huppe fasciée, vanneau huppé, chouette chevêche, oedicnème criard, martin-pêcheur,

Insectes : cuivré des marais, lucane cerf-volant, nombreux orthoptères (sauterelles, criquets...).

action

 

Les actions mises en place sur le site dans le cadre du plan de gestion :

  • panneaux aux portes d'entrée de sites,
  • trois nouvelles passerelles,
  • restauration des affleurements rocheux,
  • mission de prévention et d'information confiée à des agents assermentés de l'Office national des forêts (ONF),
  • réglementation de la circulation motorisée,
  • sensibilisation des scolaires,
  • itinéraires balisés en concertation avec les acteurs locaux.

 

 

Vallée du Bozançon

Révision du plan de gestion de la Vallée du Bozançon

Dans le cadre de la politique espaces naturels sensibles (ENS) du Département du Rhône, la vallée du Bozançon fait l’objet d’actions de gestion et de valorisation du patrimoine naturel visant à protéger les richesses biologiques de ce site. Cette gestion est menée par le Conservatoire d'espaces naturels Rhône-Alpes, en partenariat avec la Communauté de communes du pays mornantais, le Département du Rhône et les communes de Chabanière, Riverie et Sainte Catherine.

Aujourd'hui, l'élaboration d'un plan de gestion de l'ENS de la vallée du Bozançon se met en place. Un plan de gestion définit les actions à conduire sur le site en faveur de l'environnement et durant les 10 prochaines années. Afin de construire ce projet également soutenu par l'Agence de l'Eau Rhône Méditerranée Corse de manière cohérente, il a été décidé d'associer un maximum d'acteurs locaux et d'usagers du site.

Plusieurs ateliers avec les acteurs locaux ont eu lieu à Chabanière pendant tout ce printemps 2018 pour une présentation du plan de gestion à la mairie de Chabanière-Saint Didier sous Riverie le 27 septembre à 18h30.

Nous remercions la commune de Chabanière d'avoir accueilli ces ateliers à Saint Maurice sur Dargoire et Saint Didier sous Riverie.

Un premier atelier a eu lieu le 8 mars dernier à Chabanière-Saint Maurice sur Dargoire. Le CENRA a présenté une synthèse du diagnostic réalisé. Puis, une quinzaine de représentants d’associations naturalistes, de collectivités locales, des fédérations de pêche et de chasse, d’associations de sauvegarde du patrimoine, des habitants, des propriétaires, des agriculteurs ont travaillé selon 3 axes :

  • Patrimoine et paysage
  • Biodiversité et usages
  • Milieux aquatiques (mares, zones humides, cours d’eau)

Grâce à ce travail, 19 objectifs ont été proposés.

Les ateliers suivants ont permis aux participants de réfléchir à des actions sur les thématiques suivantes:

  • Valoriser les patrimoines
  • Mettre en place une réflexion globale sur l’importance de la fonctionnalité de la vallée du Bozançon
  • Concilier les différents usages (fréquentation, circulation…)
  • Améliorer les connaissances : quoi ? pourquoi ? comment ?
  • Comment favoriser des pratiques agricoles favorables à la biodiversité ?
  • Comment favoriser des pratiques des communes et habitants respectueuses de la biodiversité ?
  • Mares et zones humides : préserver, restaurer, recréer, pourquoi et comment ?
  • Le Bozançon petit et grand.

Des échanges extrêmement riches qui vont alimenter le plan de gestion de la vallée du Bozançon.

Renseignements : Service aménagement 04 78 44 98 52 ou Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

 

Le vallon du Bozançon, ENS depuis 2005

bozancon

L’inscription du vallon du Bozançon au titre des Espaces Naturels Sensibles est effective depuis le 18 mars 2005.

Situé sur le territoire du Pays Mornantais, le site couvre 1500ha sur les communes de St-Didier-sous-Riverie, St-Maurice-sur-Dargoire, Riverie et Ste-Catherine.

Aux contreforts du Massif Central (roches métamorphiques (gneiss), sols à caractère acide), l’ENS de la vallée du Bozançon se caractérise par un relief très prononcé (de 220m pour la vallée du Gier à 831m d’altitude).

On y observe de fortes amplitudes thermiques et des précipitations abondantes à l’automne comme au printemps.

 

bozancon 2

La vallée du Bozançon présente des enjeux importants :

  • enjeux en termes de paysages et patrimoine bâti,
  • enjeux biologiques et écologiques,
  • enjeux liés à la fréquentation du site, à ses différents usages et aux projets d'infrastructures autoroutières.

La présence de l'écrevisse blanche (photo ci-contre) témoigne de la qualité des ruisseaux qui traversent cet ENS.

Située à 20 minutes de Lyon et à proximité de la vallée du Gier, deux zones fortement peuplées, la vallée du Bozançon est d’une grande qualité paysagère.

Les principaux éléments fondateurs de ce paysage se caractérisent par :

  • un relief marqué : l’ENS se caractérise par un relief très prononcé (de 220à 831m d’altitude). Cela engendre des conséquences en termes d’amplitudes thermiques, d’obstacles pour la faune piscicole (cours d’eau aménagés et segmentés),
  • de grandes masses boisées,
  • des éléments du patrimoine bâti de qualité : vestiges archéologiques autour de l’aqueduc romain du Gier, bâti rural ancien, monuments et ouvrages.

nozancon3

Le relief et la géographie du site permettent des vues très lointaines, des co-visibilités entre versants.

Cela génère autant de sensibilités paysagères qualitatives à préserver car pouvant être menacées si on n’y prend garde, par des urbanisations non adaptées (matériaux, couleurs), par l’implantation mal pensée de serres et de bâtiments agricoles ainsi que par le projet d’autoroute de l'Etat.

Chaque année, un plan d’actions est établi

Il est défini par le Comité de pilotage de l’ENS en cohérence avec les objectifs de valorisation et de préservation des ENS.

 

Parmi les actions en cours ou passées, citons notamment :

  • La sécurisation du viaduc de la Boutonne.
  • Une mission de surveillance confiée à l’ONF*.
  • Un programme de sensibilisation des scolaires à l’environnement.
  • La création de mare à sonneur et panneau pédagogique (CENRA)
  • La sécurisation d'un site d'écrasement des amphibiens (CENRA)
  • Débroussaillage puis entretien par pâturage des landes de Riverie et du Bujanet (CENRA)
  • Journée d’échanges techniques agricoles innovantes : "Gérer les surfaces difficiles (prairie en pente) pour produire du lait ou de la viande" (CENRA)

Une étude d’interprétation commune aux ENS du plateau mornantais et du Vallon du Bozançon confiée au cabinet Médiéval a débouché sur la mise en place de circuits d’interprétation ainsi que sur l’aménagement d'un réseau sentiers PDIPR*.

Toutes ces actions sont financées par le Département du Rhône, la Région Auvergne-Rhône-Alpes, l'agence de l'eau et la Copamo.

bozancon4

  • ONF : Office National des Forêts
  • CENRA : Conservatoiredes ESpaces Naturels Rhône-Alpes
  • PDIPR : Plan départemental des itinéraires de promenades et de randonnée

Horaires d’ouverture de la Copamo

  • Lundi, Mercredi et Jeudi : 9h-12h et 13h30-17h30 
  • Mardi : 13h30-17h30 
  • Vendredi : 9h-16h30 en continu

Contact

Copamo - Le clos Fournereau
50 avenue du Pays Mornantais
CS40107 69440 MORNANT
Tél. : 04 78 44 14 39

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Utilisation de cookies et collecte des données personnelles

Le site cc-paysmornantais.fr utilise des cookies afin d'assurer le bon déroulement de votre visite sur son site et de réaliser des statistiques d'audience.